Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Terroir du Fronholz a Epfig

Un retour en grâce.

Le coteau du Fronholz domine le village d’Epfig, l’un des plus grands villages viticoles d’Alsace (570 hectares de vignes). Appartenant autrefois aux Rohan, ce site servait aux corvées de bois (d’où son nom) au bénéfice des princes évêques. Ainsi bien sûr qu’aux plantations de vignes. Depuis environ vingt-cinq ans, le renouvellement de génération a conduit à un retour en grâce du coteau et à l’émergence d’une gamme de vins absolument magnifiques, dont la cohérence témoigne d’un effet terroir indiscutable.

Le Fronholz, tel qu’il est présenté aujourd’hui par les vignerons locaux dans leur dossier de délimitation d’une appellation intermédiaire, présente deux facettes. D’une part, le sommet du coteau, en pente douce, exposé plein sud ; de l’autre, les pentes régulières orientées vers le sud ou surtout l’ouest, une exposition extrêmement rare en Alsace. Cette dualité peut surprendre : elle tire son origine dans le dossier de classification du Fronholz en Grand Cru, déposé dans les années 80. A l’époque, les autorités de tutelle demandaient aux vignerons de regrouper dans une même entité des terroirs proches, quitte à disposer d’orientations différentes. Plusieurs Grands Crus ont d’ailleurs été délimités de la sorte par l’INAO. En revanche, le Fronholz fut recalé, faute d’antériorité dans la revendication commerciale du lieu-dit. O tempora o mores, les mêmes autorités de tutelle mettent désormais en avant, fort logiquement, l’unité géologique et d’orientation : entre-temps, les vignerons d’Epfig ont pris fait et cause pour leur fer de lance, tout en lançant par ailleurs un travail sur leurs autres terroirs. Désormais massivement revendiqué par des vignerons d’Epfig et des villages alentour, le Fronholz espère son classement dans la future appellation intermédiaire.

En attendant que ce dossier soit traité par les autorités idoines, une visite des lieux s’impose. Le Fronholz est l’une des ces rares avancées des collines sous-vosgiennes vers la plaine. Séparée du Piémont par quelques étendues de prairies et de bosquets, la hauteur bénéficie donc d’un ensoleillement plus important que les vignes à flanc des Vosges. Les vents sont plus présents tandis que les pluies sont réduites par le massif du Champ du Feu et l’Ungersberg. Bref, le site est idéal pour une démarche terroir, résolument engagée par le syndicat viticole. « Nous avons toujours identifié les particularités du Fronholz. Nous connaissons maintenant son comportement », souligne Philippe Schaeffer, président du syndicat. Principal élément de connaissance, des dégustations collectives et systématiques qui mettent en relief une continuité, un style Fronholz qui apparaît dans toutes les cuvées, y compris les Vendanges Tardives.

« Avec son exposition et son microclimat relativement frais et aéré, le Fronholz conserve les acidités. Nous n’avons jamais d’arômes exotiques ou cuits, mais les capacités de garde sont étonnantes. La minéralité et la richesse des arômes, sur une structure puissante, forment une personnalité bien définie », décrivent les vignerons d’Epfig. Il est vrai que la dégustation de millésimes anciens (notamment un Riesling 1991) confirme ces propos, avec une intensité et une richesse aromatique sans tendance pétrolée, prenant clairement le pas sur l’aspect variétal. Sur place, les vignerons d’Epfig veulent pratiquer un « esprit Grand Cru » sans pour autant fixer des objectifs trop ambitieux qui risquent de décourager certains praticiens. « Nous savons vers où il faut aller. Mais nous voulons aussi que le plus grand nombre adhère à l’objectif et puisse y participer », confirme Philippe Schaeffer.

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget